chirurgien Chiffolot
 

Cette fiche est conçue pour fournir un support, et / ou un complément à l’information orale délivrée par le chirurgien au cours des consultations précédant la décision opératoire ; cette information orale peut, seule, être adaptée au patient et à sa demande ; elle donne la possibilité de répondre aux questions posées, et constitue l’essentiel de l’information délivrée


La colonne vertébrale (ou rachis) est constituée de vertèbres empilées, séparées par des disques. Au milieu du rachis passe le canal rachidien, contenant la moëlle épinière, qui se termine à hauteur de la seconde vertèbre lombaire (L2). Au-delà, le canal ne contient qu’un ensemble de fibres nerveuses, appelé « queue de cheval ». Ces fibres nerveuses quittent le canal rachidien sous forme de « racines » par des ouvertures (foramen ou trous de conjugaison) situées latéralement à hauteur des disques intervertébraux. Un disque intervertébral normal est une structure aplatie unissant les 2 vertèbres et jouant un rôle d’amortisseur. Il est composé d’un noyau central (nucléus) gélatineux et d’un anneau périphérique (annulus) fibreux. La dégénérescence discale débute souvent, après une phase de déshydratation asymptomatique, par des fissures, déchirures de l’anneau fibreux (fig. 1). Le noyau peut alors, le long de ces fissures, migrer dans l’épaisseur de l’anneau (fig. 2) et entraîner des douleurs lombaires, aigües ou chroniques. S’il se déplace encore plus au travers de l’anneau, le noyau peut saillir à la face postérieure du disque en formant alors une HERNIE DISCALE (fig. 3). Cette hernie peut, au travers d’une rupture complète de l’annulus, migrer dans le canal vertébral latéralement, ou vers le haut, ou vers le bas, et même s’exclure en sortant du disque (fig. 4). Cette hernie discale peut venir comprimer, « coincer », une ou plusieurs racines nerveuses à proximité du disque. Elle est la cause des symptômes : « sciatique » lorsque la douleur siège en arrière de la cuisse, ou « cruralgie » lorsque la douleur siège en avant de la cuisse. Elle comporte de manière variable des douleurs dans le membre inférieur, des sensations de fourmillement ou de picotement (paresthésies), des sensations de perturbation de la sensibilité (dysesthésies), pouvant aller jusqu’à une anesthésie, des troubles moteurs (perte de force musculaire ou paralysie partielle ou complète d’une partie du membre inférieur).

Évolution & traitements conservateurs :

La plupart (80 à 90 %) des sciatiques par hernie discale guérit avec un traitement médical comportant un repos relatif, des anti-inflammatoires (éventuellement des corticoïdes), des décontracturants musculaires, et des antalgiques. Ce traitement médical peut demander de 6 à 8 semaines pour être efficace. Des infiltrations lombaires de corticoïdes peuvent être proposées dans un deuxième temps si le traitement médical initial n’entraîne pas un soulagement suffisant.

Documents joints

II –POUR EN SAVOIR PLUS :


HERNIE DISCALE

LOMBOSCIATIQUE

DISCECTOMIE

 

 

 

 



BWA : création site Internet Dijon

  NOTRE EQUIPE

  STRUCTURE

   LIENS

  RECHERCHE

  CHIRURGIE

  PATHOLOGIE

   HOSPITALISATION

  CHIRURGIENS

  REEDUCATION

  ANESTHESIE

  info

  CONTACT & PLAN D ACCES

  DR CHIFFOLOT

  DR LALOUX

  hernie discale

  canal lombaire etroit

  SPONDYLOLISTHESIS

  spondylolisthesis adulte

  LOMBALGIES

  CLINIQUE CHENOVE

  CLINIQUE de FONTAINES LES DIJON

  chenove

  Fontaines les Dijon

  chirurgie hernie discale

  Stenose lombaire

  Arthrodese lombaire post

  Arthrodese ant lombaire

  chirurgie spondylolisthesis

  Hernie cervicale

  Hernie cervicale OP

  Dr CHIFFOLOT Travaux

  Dr LAUNAY

  Avant l\\\'hospitalisation

  scoliose

  Le jour de l\'hospitalisation

  Le jour de l\'intervention

  Les suites chirurgicales

  La sortie

  Point medical

  Dr LALOUX travaux

  Dr LAUNAY Travaux

CONTACT & PLAN D ACCES